Le mot du Président – Janvier 2020

Je vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année que je vous souhaite pleine de santé, de bonheurs, de petites et grandes douceurs, de réussites, de jolies découvertes, de conditions météo idéales et, bien sûr, de belles navigations.

La Classe Cormoran a terminé l’année 2019 par son Assemblée Générale qui s’est tenue au théâtre de Morlaix et non pas à Paris comme prévu, à cause des manifestations que la Préfecture de Police nous annonçait comme violentes. Comme il n’était évidemment pas question de faire courir le moindre risque aux adhérents de la Classe, la seule solution était de reporter et déplacer la tenue de l’Assemblée Générale (comme l’année précédente d’ailleurs et pour les mêmes raisons…).

Vous trouverez ici une petite synthèse du rapport moral annuel de présentation du bilan de l’année 2019 et de ce qui est envisagé pour l’année en cours.

L’Assemblée Générale a également décidé de mieux informer les adhérents sur la vie de la Classe en leur adressant un mail à chaque parution d’un « mot du Président » sur le site. Celui-ci sera donc le premier du nouveau système.

Dans la rubrique « people », Eric Giffo, de Loctudy, a succédé à Anne-Marie Gourvès au poste de Secrétaire Général, Anne-Marie prenant celui de Secrétaire Générale adjointe.

Je les remercie vraiment très sincèrement tous les deux : Eric pour avoir accepté ce poste qui demande un travail suivi et rigoureux, et Anne-Marie pour avoir assuré cette tâche pendant de si nombreuses années avec un engagement sans faille et un haut niveau d’exigence …et toujours avec le sourire !

La nouvelle composition du Bureau de la Classe Cormoran est donc aujourd’hui la suivante :

Président : Jacques Lemétayer, Brest
Vice-Président : Loïck Mevel, Carantec
Trésorier : Bernard Simonin, Saint Quay Portieux
Trésorier Adjoint : Bertrand Thamin, Saint Quay Portrieux
Secrétaire Général : Eric Giffo, Loctudy
Secrétaire Générale Adjointe : Anne-Marie Gourvès, Brest
Mesureur de la Classe : Michel Wolf, Locquénolé

Cette Assemblée Générale était suivie, cette année, d’une Assemblée Générale extraordinaire qui a précisé que la construction en strip-planking (anglicisme désignant des lattes de bois stratifiées) était autorisée par les règles de Classe. Il existe en effet déjà plusieurs Cormorans construits selon cette technique et il convenait simplement de lever toute ambiguïté sur ce point.

Le Comité Technique de la Classe a par ailleurs été saisi de la question de savoir s’il ne serait pas pertinent de modifier les règles de Classe concernant les mâts. Aujourd’hui, le mât, obligatoirement en bois comme tout le gréement, doit être construit en deux parties collées. Or il semble de plus en plus difficile et onéreux de trouver des bois d’une longueur suffisante ; d’où la proposition d’autoriser des mâts en trois ou quatre parties collées.

Le Comité Technique a commencé ses travaux d’analyse et rendra ses conclusions au Comité Directeur, comme le prévoit la procédure en vigueur au sein de la Classe, lorsque celui-ci se réunira au printemps. Ses préconisations seront présentées, pour décision, à la prochaine Assemblée Générale.

Cette année, la Classe va se concentrer plus spécifiquement sur deux points :

  • attirer des jeunes pratiquants sur Cormoran
  • renforcer l’action de la Classe en faveur de la pratique de loisir

Concernant le premier point, ce qui pourrait être imaginé, ce serait de faire en sorte de toujours sortir avec un/une jeune, membre ou pas de la famille, seul(e) ou avec un parent, que ce soit en balade ou en régate. On pourrait également réfléchir à l’idée de contacter des centres nautiques ou clubs de voile pour leur proposer d’embarquer des jeunes à nos bords lorsqu’eux-mêmes sortent en entrainement ou en loisir.

Enfin, le projet actuellement en cours visant à proposer un Cormoran pouvant être construit en amateur, pourrait également aller dans ce sens. Comme le but recherché est de permettre une diminution du coût du bateau, l’élargissement espéré du nombre de propriétaires pourrait être de nature à rajeunir l’âge des pratiquants.

Pour le second point, le renforcement de la pratique non régatière, une réflexion s’engage autour de l’idée que, s’il y a tous les ans un National pour les régatiers, en revanche, il n’existe pas de proposition de rassemblement pour ceux qui ne sont pas intéressés par la compétition.

Cela se fait à Carantec et à Brest (et peut-être ailleurs ?) au grand plaisir des participants qui s’y retrouvent dans une ambiance conviviale, voire amicale, et qui laisse à chaque fois un très beau souvenir. C’est toujours un plaisir de s’y retrouver, de naviguer ensemble, de faire connaissance lorsqu’il y a de nouveaux adhérents, de tisser de liens et d’échanger des trucs et astuces souvent précieux.

A cet égard, j’en profite pour vous dire que les Cormorans sont invités à une manifestation de cette nature à l’occasion des fêtes de Landerneau. Si cela vous intéresse, voici le lien pour vous inscrire.

Ainsi, quelques semaines avant ou après le National (il faut qu’on souffle un peu après cette compétition, parce que c’est assez lourd à mettre en place; et avant, c’est compliqué) nous pourrions organiser chaque année un rassemblement de Cormorans, dans des endroits variés, pour faire connaître nos bateaux et découvrir de nouveaux plans d’eau.

A ce stade, nous n’avons pas encore trouvé le nom qu’on pourrait lui donner. Challenge Cormoran ? Rassemblement des Cormorans ? C’est l’idée, mais il faudrait trouver mieux ! Si vous avez des idées, suggestions, conseils, adressez-les nous !

Il y a cependant un petit obstacle à franchir : son financement. Les finances de la Classe sont saines et rigoureusement tenues depuis des années (il faut là remercier les Trésorier et Trésorier adjoints, Bernard Simonin et Bertrand Thamin). Mais elles sont très limitées et suffisent juste à l’organisation du National et au règlement des frais de fonctionnement, comme la tenue du site par exemple.

Il nous faut donc réfléchir à trouver une source de financement venant compléter les adhésions annuelles.

L’idée a été émise de rechercher un partenaire (entreprise, institution…) qui serait intéressé par le fait d’associer son nom à celui d’un beau voilier de caractère, élégant et porteur d’une image positive. Cela nous impose de bien clarifier les conditions de cette relation, sa durée, ses modalités, ses limites.

Une telle relation nous amène aussi à nous assurer, concrètement, que nous serons bien en mesure de tenir nos engagements. Le choix du partenaire sera un sujet en soi : il n’est en effet pas envisageable que la Classe Cormoran soit soutenue matériellement par une entité dont les valeurs ne seraient pas compatibles avec les siennes.

Pour ce qui concerne ces deux points, nous sommes très preneurs de vos idées, de vos souhaits, de vos attentes, de vos critiques aussi. Cela nous aidera grandement dans notre réflexion. Ecrivez-nous : contact@asncormoran.org

Je termine par les photos du Cormoran construit par Xavier Buhot Launay dans son chantier à Saint Pol de Léon : Strinker, le n° 312 dont je vous parlais la dernière fois. C’est juste pour le plaisir des yeux. Je vous laisse admirer la qualité du travail réalisé !

Bien sincèrement

Jacques Lemétayer